accueil

vous qui passez poussez la porte, arrêtez vous un moment, je vous attends avec une tasse de café et nous bavarderons tout à loisirs sur nos passions. bonne visite
COPYRIGHT: DES DESSINS, PEINTURES, PHOTOS, VIDEOS ET ECRITS sur ce blog
je n'ai pas de newletter juste un lien sur le coté droit qui s'appelle "suivre mes articles par mail" mettre son adresse mail , au reçu d'un mail retour, un lien sera mis, il faut cliquer dessus pour que cet abonnement soit accepté.

RETOUR ACCUEIL

mardi 25 février 2014

PHOTOS DE LA VISITES A ESPELETTE


Je ne pouvais pas visiter le pays basque sans visiter le village d’Espelette
En plus nous découvrons une chocolaterie ou nous ferons halte pour acheter divers chocolats que nous auront au préalable goûté cela va de soi
On ne peut pas acheter sans savoir
Espelette est un village situé dans la province basque du Labourd. Au pied des montagnes et à 20 minutes de la côte basque.
Le piment semble avoir été introduit en terre basque autour des années 1600 par quelque navigateur de retour d'Amérique du Sud
Une légende raconte
http://monpetitvillage.free.fr/legende.htm

C'était un jour d'automne :
on regardait les palombes dans le vent du sud,
on rentrait la fougère sur de lourds traineaux,
on fendait le bois en prévision de l'hiver,
on entendait les sonnailles des brebis qui descendaient de la montagne..

C'était un village où il y avait de tout :
des maisons et des jardins,
une église et un château,
des rues et des places,
des auberges et des boutiques...

C'était un homme
qui venait de loin,
qui marchait beaucoup,
qui portait un sac
et qui mangeait peu...

Mais ce jour-là
de cet automne-là,
cet homme-là avait faim !

Il entra dans le village et s'arrêta devant l'auberge;
il n'avait pas assez d'écus pour s'offrir un repas.
il arriva sur la place et entra dans l'église;
il n'était pas assez pauvre pour mendier la charité.
Il monta la grand'rue et découvrit le château;
il n'était pas assez bien pour souper avec le baron.
Il allait sortitr du village quand il vit une maison.
Elle n'avait rien de plus que les autres
mais l'homme et la femme qui étaient sur le seuil lui adressèrent un salut

- Agur, étranger, vous semblez bien fatigué.
- Oui, Dame et Sieur de cette maison, et j'ai grand faim aussi !
- Entrez je vous prie, bientôt il fera nuit.
- D'avance merci.

On présenta à l'homme le foin du fenil pour y passer la nuit.
Mais quand il demanda s'il pouvait manger une assiette de soupe
la maitresse de maison baissa les yeux et avoua
que les braises venaient de mourir et que la soupe était presque froide.
C'est un grand malheur pour une maison quand un foyer s'éteint

Qu'importe-dit l'homme j'ai dans mon sac de quoi embraser la terre entière !
Apportez moi la soupe et mangez avec moi, s'il vous plait.
La femme disposa trois assiettes à calotte
et son mari coupa trois tranches de pain grosse comme le doigt.

Le voyageur sorti de son sac un petit pot de terre bien protégé dans un linge épais.
Et de la pointe de son couteau il en tira un poudre
qu'il fit tomber parcimonieusement dans chaque assiette.

Alors magie, miracle ou diablerie, nul ne sait,
de tiède la soupe devint torride.
Les joue de l'homme s'empourprérent.
les yeux de la femme s'embuèrent.
Et le voyageur… sourit.
Car la soupe était bonne,
fort bonne même, puisque tout le chaudron y passa.

Après le repas chacun partit dormir. (Il paraît que l'homme et la femme mirent du
temps à trouver le sommeil et que … Mais en réalité les vertus de cette poudre ne
sont pas encore prouvées par la Faculté !).
Le lendemain, au chant du coq tout le monde était levé.
Le voyageur avait déjà son sac sur l'épaule.
Il tendit à ses hôtes un sachet de papier :
-Sieur et Dame de cette maison, ce n'est pas tant votre repas qui m'a réconforté
mais votre généreuse hospitalité.
Afin que votre soupe soit toujours aussi chaude que votre cœur
voici les graines de la plante qui nous a si bien revigorés hier soir.
Prenez en grand soin, on dit qu'elles viennent de chine.
Semez-les quand le temps sera redevenu clément,
laissez le ciel arroser à sa convenance et le soleil mûrir les fruits
que vous ferez sécher à l'automne prochain.
Adieu, amis !

Un an plus tard l'homme et la femme virent l'étranger s'arrêter à nouveau devant
leur maison.
Il regardait les guirlandes de piments rouges et cramoisis
tombant en cascade du balcon et grimpant sur la façade jusqu'au faite.
Ce soir-la il mangea avec une soupe sublime qui sentait le soleil
puis il dormit dans le foin en rêvant de voyages lointains.
Quand il reprit la route le lendemain matin
il passa devant l'auberge qui affichait complet,
il vit que le château possédait un nouveau jardin potager,
et devant l'église un prèlat de rouge vétu
lui dit que depuis son passage la vie avait prit un autre goût.

Si vous pensez que cette histoire n'est que menterie,
allez à Espelette, on dit que c'est là-bas
au pays des Basques, entre océan et montagne,
que le voyageur a laissé le sachet de graines
et que l'homme et la femme dans leur grande bonté
ont disribué à tous le secret du piment.
D'ailleurs vous y verrez chaque année à l'automne
les maisons toutes tendues de piments écarlates
pour rappeler au monde entier que le bonheur est à la mesure
des saveurs que nous mettons dans notre vie quotidienne

Claude Labat, le 11 novembre 1994

Peintrefiguratif(Raymonde)










26 commentaires:

  1. Le piment de la vie en résumé en tout cas une poudre exceptionnelle à utiliser avec modération toutefois....
    Bonne journée bises Jacqueline

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Raymonde, de jolies vues sur cette région de France que je ne connais pas du tout, les piments je m'en méfie et mon estomac les crains davantage. Bisous

    RépondreSupprimer
  3. bonjour Raymonde .
    j'ai aussi visité cette petite ville écarlate !
    ça pique . l'histoire est belle je ne connaissais pas .
    bonne journée et gros bisous

    RépondreSupprimer
  4. j'en ai mis un petit peu sur des coquille saint jacques ce week end heu un peu beaucoup et wahouuuuuuuuuuuuuuuuuu bises

    RépondreSupprimer
  5. Merci Raymonde pour ce beau récit. Les gens du pays doivent se féliciter de ce piment qui est très connu partout et qui est assez cher à acheter.
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
  6. Mettre du piment dans sa vie et son assiette une belle philosophie., Jolie légende que tu nous contes là
    Belle journée
    Bisous

    RépondreSupprimer
  7. on retrouve bien ce rouge piment aux architectures

    RépondreSupprimer
  8. on retrouve bien ce rouge piment aux architectures

    RépondreSupprimer
  9. on retrouve bien ce rouge piment aux architectures

    RépondreSupprimer
  10. on retrouve bien ce rouge piment aux architectures

    RépondreSupprimer
  11. on retrouve bien ce rouge piment aux architectures

    RépondreSupprimer
  12. on retrouve bien ce rouge piment aux architectures

    RépondreSupprimer
  13. Superbe texte ma Raymonde. J'adore ce petit village où j'ai découvert le piment d’Espelette que je consomme quotidiennement, Aux pluches le poivre! De très belles photos. Merci de cet excellent partage. Bises et bonne journée. ZAZA

    RépondreSupprimer
  14. Raymonde bonsoir
    je vois des piments rouges et j'adore ces maisons et ces couleurs
    ce Pays est un beau pays que je voudrais visiter aussi en prenant mon temps
    Une région sublime je le sais et les gens aussi sont superbes
    bisou bisou

    RépondreSupprimer
  15. ah, le fameux piment d'Espelette....

    RépondreSupprimer
  16. une belle balade bien pimentée
    j'aurai aimé visiter cette chocolaterie miammm
    DOUCE SOIREE
    BISOUS DU MARDI

    RépondreSupprimer
  17. Bonsoir Raymonde !
    Un beau billet Basque et merci pour la petite histoire j'ai bien aimé !
    Bises bonne soirée Mamé

    RépondreSupprimer
  18. C'est vraiment spectaculaire tous ces piments qui sèchent au soleil !!!
    Bonne journée - gros bisous
    Monelle

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour Raymonde

    les maisons sont superbes et tous les piments qui pendent c'est très marrant ça :)
    bonne journée a toi
    bises*

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour Raymonde, magnifique ce billet en l'honneur d' Espelette. Je trouve la légende superbe. Je suis encore en pause. Bisous. Gigi

    RépondreSupprimer
  21. Bonsoir Raymonde
    Notre pays de France est vraiment joli
    Bises

    RépondreSupprimer
  22. Tu as fait un beau reportage photo de ce magnifique village.

    RépondreSupprimer
  23. Ah quelle belle histoire, elle m'a donné le frisson ! Je ne connaissais pas cette "légende". Je garde un souvenir ému de notre visite à Espelette et aimerais tant retourner au pays basque ++++++ Merci pour ce reportage "piquant" ma grande qui m'a réchauffé ... le coeur.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour ,une belle histoire ,et j'aime les maisons ,et les piments qui sèchent au soleil..bon dimanche ,bises.

    RépondreSupprimer
  25. Bonjour Raymonde; Encore une belle raison pour être tenté par ce beau pays. Mais j'ai encore quelque temps pour la réflexion. Merci pour cette.belle visite. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  26. J en ai planté, il y a deux ans, la récolte fut bonne par contre l an dernier elles ont gelé à la fleur. Hier j ai acheté une motobineuse, je vais faire quelques légumes et plus de fleurs.Belle légende sur les Piments. J aime aussi bien ce village que je connais par le net.
    Bonne soirée Raymonde
    Latil

    RépondreSupprimer