accueil

vous qui passez poussez la porte, arrêtez vous un moment, je vous attends avec une tasse de café et nous bavarderons tout à loisirs sur nos passions. bonne visite
COPYRIGHT: DES DESSINS, PEINTURES, PHOTOS, VIDEOS ET ECRITS sur ce blog
je n'ai pas de newletter juste un lien sur le coté droit qui s'appelle "suivre mes articles par mail" mettre son adresse mail , au reçu d'un mail retour, un lien sera mis, il faut cliquer dessus pour que cet abonnement soit accepté.

RETOUR ACCUEIL

jeudi 21 août 2014

Croquis aquarelle au musée du Petit Palais La parade des humbles


Sortie OVS samedi 19 04 2014
Nous avons de la chance la grande salle qui avait été fermée au petit palais, est rouverte et nous découvrons les immenses tableaux qui ont été accroché depuis
C’est gentil de renouveler les tableaux on commençait à tous les avoir dessiné
J’ai pris une partie d’un grand tableau que je ferais avec mes pastels aquarelles
LA PARADE DES HUMBLES
je choisi de peindre les clowns de ce triste cirque cela devais être un spectacle triste misérable, une mascarade pour le plaisir de ceux qui viennent les voir.
on voit à travers ces personnages qu'ils passent toute une vie de labeur dans ce lieu.
ils font partis du cirque, tel ces animaux de foire habillés de paillettes
un sourire triste sur leur lèvres maquillées.
peintrefiguratif(Raymonde) 

Fernand Pelez au Petit Palais

on découvre alors une obsession paternaliste pour les pauvres, notamment les enfants, cadets du Jeune Mendiant de Murillo et grand frères des Poulbot et du Kid de Chaplin. Mendiants et souffreteux abondent pour accuser, en silence ou dans un désordre carnavalesque, la IIIe République. Cette grandiloquence a son côté grimaçant à la James Ensor auquel Pelez ressemble physiquement (on le surnommait l'Hidalgo des Batignolles). Mais le plus souvent elle plonge dans une obscénité kitsch. Comme L'Asphyxiée, cette belle morte allongée sur le sol, victime des émanations de son poêle. Ses lèvres ont viré au même parme que son bustier.

Marchands de violettes, mères jetées à la rue, colporteurs accablés et hommes faméliques semblent chanter en chœur le traumatisme de la Commune. Il y a « de la boue dans son pinceau », a écrit l'académicien humaniste Émile Henriot. Formule séduisante. Reste que tant de morbidité et de défaitisme finit par écœurer. Et le thème des petits rats de l'Opéra, traité avant Degas et qui fait l'objet de la section finale du parcours, ne suffit pas à éclairer cette veine trop miséricordieuse pour demeurer touchante.


22 commentaires:

  1. Bonjour Raymonde, ton tableau fait ressortir le contraste entre ce que veulent montrer les clowns, un semblant de gaîté, alors que derrière toutes ces paillettes, ils essayent de gagner leur vie bien difficilement et ont un visage triste. Je vois que tu as été contente de votre sortie où des tableaux nouveaux ont été accrochés. Bises

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Raymonde

    et comme on lis vraiment bien sur ton aquarelle la tristesse dégagée par leur visage...

    j'ai toujours trouvé les clowns tristes...
    la vie ne devait pas y être une sinécure

    merci pour ton com Raymonde et je te souhaite une bonne journée
    bisous *

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour , tu les a bien croqué tes personnages,..bonne journée,avec le soleil.

    RépondreSupprimer
  4. Un parfait copier-coller, ton oeil et ta main ont fait le reste Raymonde ! Gros bisous

    RépondreSupprimer
  5. La musique et la représentation peuvent commencer ;) Bonne journée Raymonde (:-*

    RépondreSupprimer
  6. Marrante cette Grenouille :-)
    Ca change des tableau habituels
    Gros bisous Raymonde

    RépondreSupprimer
  7. bonjour Raymonde toujours un sujet different et toujours aussi joli bisous
    Marcel

    RépondreSupprimer
  8. reconnais qu'il n'y a pas tant de peintres intéressés par la pauvreté, non? Pas très beau , en général, la pauvreté...Donc, je lui tire mon chapeau!

    RépondreSupprimer
  9. c'est du très bon travail
    merci pour les explications de ce thème
    Je te souhaite une agréable soirée

    Prends bien soin de toi

    Gros bisous ensoleillés

    RépondreSupprimer
  10. l'île penotte où je suis allée hier en flânant vers les ruelles,c'est artistique

    RépondreSupprimer
  11. les clown en tableau paraissent toujours triste ,bises

    RépondreSupprimer
  12. souvent au cirque je trouvais que les personnages étaient fatigues! peut-~etre que j'imaginais combien ils devaient répéter leurs exercices pour les montrer au public, alors souvent ils devaient avoir marre de répéter la même chose pour attendre les applaudissements
    c'est vrai qu'au travail c'est souvent les répétitions
    bonne fin de soirée
    bisous pour toi
    Angie

    RépondreSupprimer
  13. Un sujet superbe ma Raymonde et tu as réussi un beau croquis aquarelle. Tu as su croquer ces personnages à merveille. Merci pour ces explications. Bises et bon vendredi. ZAZA

    RépondreSupprimer
  14. salut
    c'est joli cette réplique en aquarelle
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  15. Pauvre clown triste mais ils sont presque toujours triste en contraste avec ce qu'il font dans leur spectacle. Joli travail tu les as bien réussis.
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
  16. C'est vrai quelle tristesse dans ces clowns mais ton rendu est superbe, bisous Jacqueline

    RépondreSupprimer
  17. Tu as su donner toute la tristesse de ces clowns ! Très réussi, bravo !
    Bonne soirée - bisous
    Monelle

    RépondreSupprimer
  18. Tu as bien rendu ces clowns un peu tristes. Bisous

    RépondreSupprimer
  19. ma préférée de tes dernières productions

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour Raymonde. Il est vrai que tu en as dessiné pas mal, mais tu as encore de la marge. C'est encore une scène très réaliste où tu réussis bien. Tu rends bien les personnages, apparemment gais, mais qui intérieurement ont leurs souffrances et leurs difficultés avec la vie.

    RépondreSupprimer
  21. Ces pauvres cirques ont aussi donné un peu de joie aux populations démunies de la IIIéme république. Il n en fallait pas beaucoup pour les faire rire, tous ces ouvriers souvent rivés à leurs machines pendant des longues heures. Tu as bien réussit au travers de ton aquarelle à faire revivre ces personnages qui ne recevaient souvent pour salaire que des applaudissements.
    Amicalement Raymonde
    Latil

    RépondreSupprimer