accueil

vous qui passez poussez la porte, arrêtez vous un moment, je vous attends avec une tasse de café et nous bavarderons tout à loisirs sur nos passions. bonne visite
COPYRIGHT: DES DESSINS, PEINTURES, PHOTOS, VIDEOS ET ECRITS sur ce blog
je n'ai pas de newletter juste un lien sur le coté droit qui s'appelle "suivre mes articles par mail" mettre son adresse mail , au reçu d'un mail retour, un lien sera mis, il faut cliquer dessus pour que cet abonnement soit accepté.

RETOUR ACCUEIL

lundi 6 juillet 2015

nu artistique au pastel sec "Sur son arbre perché"


Atelier mercredi 01 04 2015 Nu artistique au pastel sec
Sur son arbre perché
Elle ressemble à une sauvageonne
Sa peau rosée
N’a pas encore été halée
Par le soleil
Que guette-t-elle sur cette branche
De qui se cache-t’elle
Ses cheveux gris lui cachent le visage
Son corps est beau et puissant
Comme un fauve au aguets
Prêt à sauter sur sa proie
Elle attend depuis un bon moment
Aucuns muscles ne bougent
Qui doit passer sous cet arbre ?
Pour qu’elle reste si immobile.
Le temps s’égrène
Mais elle reste imperturbable
Elle sait qu’il passera par là
Mais qui est se il ?
Homme ou animal ?
A vous de faire votre fin
Peintrefiguratif(Raymonde)

samedi 27 juin 2015

croquis au musée au musée Rodin à Paris

Sortie croquis ovs samedi 04 04 2015 au musée rodin à Paris
Formé par Ernest Carrier-Belleuse, attiré par la sculpture du XVIIIe siècle, Rodin pratique à ses débuts un art marqué par les tendances du Second Empire.
Le Baiser Vers 1882
Marbre H. 181,5 cm ; L. 112,5 cm ; P. 117 cm
Marbre, commandé par l’État en 1888, taillé entre 1888 et 1898. Entré au musée du Luxembourg en 1901 ; attribué au musée Rodin en 1919.
Le Baiser représentait à l’origine Paolo et Francesca, personnages issus de La Divine Comédie, poème de Dante Alighieri (1265-1321). Tués par le mari de Francesca qui les avait surpris en train de s’embrasser, les deux amoureux furent condamnés à errer dans les Enfers. Ce groupe, conçu tôt par Rodin, dans le processus créatif de La Porte de L'Enfer, figura en bonne place au bas du vantail gauche, face à Ugolin, jusqu’en 1886, date à laquelle le sculpteur prit conscience que cette représentation du bonheur et de la sensualité était en contradiction avec le thème de son grand projet.

Il en fit alors une œuvre autonome et l’exposa dès 1887. Le modelé souple et lisse, la composition très dynamique et le thème charmant valurent à ce groupe un succès immédiat. Aucun détail anecdotique ne venant rappeler l’identité des deux amants, le public le baptisa Le Baiser, titre abstrait qui traduit bien son caractère universel. L’État français en commanda une version agrandie en marbre que Rodin mit près de dix ans à livrer. Ce n’est qu’en 1898 qu’il accepta d’exposer ce qu’il appelait son « grand bibelot » en pendant de l’audacieux Balzac, comme pour mieux faire accepter ce dernier.
 


Adam 1880-1881
Bronze H. 197 cm ; L. 76 cm ; P 77 cm
Fonte réalisée par la fonderie Susse en 1972 pour les collections du musée Rodin.
En 1881, Rodin obtint de l’administration des Beaux-Arts que lui soit commandées deux grandes figures d’Adam et Ève. Il suggéra de les placer de part et d’autre de La Porte de l’Enfer.
Pour Adam, Rodin utilisa sans doute une œuvre existante, puisqu’il put l’exposer dès le Salon de cette même année 1881 sous le titre La Création de l’homme. Un tel titre aussi bien que la pose de cette figure monumentale révèlent explicitement l’influence des œuvres de Michel-Ange, notamment le célèbre Adam peint au plafond de la Chapelle Sixtine (1508-1512).
Sa musculature très développée, qui suggère une grande puissance physique, contraste avec sa pose, qui évoque un être souffrant ou contraint. Désignant le sol, l’Adam de Rodin semble insister sur son appartenance terrestre, tandis que Michel-Ange montrait l’homme à l’instant où Dieu lui confère l’étincelle de la vie
http://www.musee-rodin.fr/fr/collections/sculptures/adam#sthash.KfzAMqTL.dpuf
























samedi 20 juin 2015

Nu artistique au pastel gras sur papier velours




Atelier du mercredi 25 03 2015
nu artistique au pastel gras sur papier velours

nue sous le soleil

Le camp de naturiste lui semble très étroit
Elle s'évade de ce lieu
Et marche dans la nature
Elle est nue
Et la forêt toute proche l'attire
De grands arbres bouchent le ciel
Le soleil n'arrive pas à percer
Dans ces feuillages touffus
Elle frisonne
Ses bras se serrent autour d'elle
Pour garder un peu de chaleur
La chair de poule parcourt son corps
Au loin apparait une clarté
Elle coure vers cette clairière
Et cette lumière éclatante
Une souche de bois lui servira de siège
Elle s'installe le plus confortablement
Le bois qui a reçu les rayons de soleil est agréable
Sa tête rejetée en arrière
Sa belle chevelure rousse caresse son dos
Elle hume l'air de cette fin d'après midi
Son corps respire le bien être
Seule loin de l'agitation des endroits touristiques
Elle retrouve une tranquillité
Quelques moments avec l'impression
D’être seule au monde
Lui permettront de reprendre pieds
Et de retourner vers la civilisation

peintrefiguratif(Raymonde)



mardi 16 juin 2015

Croquis aquarelle au musée du Louvre


croquis aquarelle au musée du Louvre lundi 23 03 2015
 
Hercule et Omphale

Petrus Paulus RUBENS
Siegen (Westphalie), 1577 - Anvers, 1640

Important tableau, longtemps réputé perdu, de Rubens sur le fameux thème de l'inversion des rôles sous l'influence de l'amour : Hercule épris d'Omphale, reine de Lycie, prend sa quenouille de fileuse ; Omphale porte la peau de lion, attribut du héros masculin. Oeuvre capitale de la période italienne de Rubens, vers 1606, dont le style puissant revivifie la sculpture antique (Torse du Belvédère, Lacoon). Une longue et difficile restauration a été menée de 1973 à 1983 pour pouvoir présenter cet original de Rubens passablement abîmé au cours des âges.

Peint pour le Gênois Vicenzo Imperiali ; acquis par Louis XVI du duc d'Orléans avecle château de Saint-Cloud, 1785 ; inventorié au milieu du XIXe siècle dans les anonymes de l'école italienne du XVIIIe siècle











vendredi 12 juin 2015

croquis au feutre et crayon au musée Bourdelle


Croquis au feutre et crayon au musée Bourdelle samedi 21 03 2015
Le musée Bourdelle vient de rouvrir car il a été fermé pendant près d’un an
Mais tout n’est pas fini et la galerie des bustes est encore fermée
Dommage j’avais prévu d’y faire quelques croquis.
Je me contenterais de dessiner dans la grande salle et ensuite dans une des salles ou se trouve des plâtres à dimension normal.

Peintrefiguratif(Raymonde)





lundi 8 juin 2015

Portrait Asiatique au pastel gras sur papier noir


atelier du mercredi 18 03 2015

portrait asiatique au pastel gras sur papier noir

pas eu le temps ni l'envie depuis mars de faire des contes sur mes peintures

Peintrefiguratif(Raymonde)

jeudi 4 juin 2015

Croquis au crayon au musée du Louvre


croquis au louvre au crayon lundi 16 03 2015

François RUDE
Dijon, 1784 - Paris, 1855

Jean-Baptiste ROMAN
Paris, 1792 - Paris, 1835
Caton d'Utique lisant le Phédon avant de se donner la mort
Marbre
H. : 2,34 m. ; L. : 0,77 m. ; Pr. : 0,82 m.
Commandé en 1832 à Roman pour la cour du Louvre,

achevé par Rude en 1840, après la mort de son ami.
Ce Romain, farouche défenseur des idées républicaines, refusa de survivre à la République : en stoïcien, il se donna la mort en lisant le récit de la mort de Socrate par Platon.