accueil

vous qui passez poussez la porte, arrêtez vous un moment, je vous attends avec une tasse de café et nous bavarderons tout à loisirs sur nos passions. bonne visite
COPYRIGHT: DES DESSINS, PEINTURES, PHOTOS, VIDEOS ET ECRITS sur ce blog
je n'ai pas de newletter juste un lien sur le coté droit qui s'appelle "suivre mes articles par mail" mettre son adresse mail , au reçu d'un mail retour, un lien sera mis, il faut cliquer dessus pour que cet abonnement soit accepté.

RETOUR ACCUEIL

dimanche 24 mai 2015

Croquis aquarelle au musée du Petit Palais

croquis à l'aquarelle au petit palais samedi 07 03 2015 Baigneuses à Perros-Guirec par Maurice Denis
Granville, 1870 – Paris, 1943
Vers 1912 Huile sur toile
H. : 98 ; L. : 122 cm
Les plages ont constitué une série thématique majeure dans l’œuvre de Maurice Denis familier dès sa jeunesse des rivages bretons. Le peintre associe le spectacle de la nature à l’évocation de la féminité.
Contemporaine du Fauvisme, la plage ensoleillée de Perros est significative de la montée en couleurs des œuvres de cette période. Les rayures rouge et jaune des maillots deviennent sous le pinceau de purs motifs plastiques. Le rivage breton ourlé de vagues est « méditerranéisé » par la lumière éclatante. Liés à l’étude attentive des Baigneuses de Cézanne, des tracés géométriques commandent à la disposition des figures. Pour Denis, l’activité ludique en sa naïveté rend hommage à la nature divine de la création. En évoquant ces plages où il vécut des jours heureux, l’artiste trouve une signification d’ordre à la fois humain et sacré à la beauté du monde.




Epoque Renaissance : Emaux peint de Limoge représentant la Vierge et l’Enfant



vendredi 22 mai 2015

Portrait vieil Homme aux pastels gras



Atelier du 04 03 2015

Je reprends pour mon atelier une photo d’un Vieil homme
En casquette
Le portrait sur papier bleu est fait aux pastels gras

Peintrefiguratif(Raymonde)

mercredi 20 mai 2015

croquis feutre au musée du Petit Palais


Samedi 28 Février 2015
Musée du petit palais ce dessin sera fait au feutre noir
Il représente des têtes grotesques
Ma reprise après mes 15 jours de grippes est un peu dure
Donc je prends comme sujets deux têtes pas trop dur à faire
Pour mon retour nous sommes 10 pour cette sortie OVS

peintrefiguratif(Raymonde)

masques grotesques de Jean Carriés

4. Jean Carriès (1855-1894)
Détail d’un élément grotesque de
La Porte de Parsifal
Grès émaillé
Paris, Musée du Petit Palais
© Musée du Petit Palais

En mars 1890, deux ans après avoir installé ses fours à Saint-Amand-en-Puisaye dans la Nièvre, Carriès reçoit la commande dont il a toujours rêvé : un encadrement de porte gigantesque en carreaux de grès, séparant en deux l’atelier de peinture de la richissime américaine Winaretta Singer, future princesse Edmond de Polignac.
Celle-ci a accepté ce projet de Porte monumentale sur la foi d’un dessin d’Eugène Grasset, ami du sculpteur : la Porte est alors peuplée de créatures d’esprit médiéval. Mais Carriès va laisser son imaginaire transformer le projet, vite envahi d’êtres étranges qui peuplent ses cauchemars.
C’est une tâche immense : ce potier autodidacte découvre le métier. Il engage des ouvriers qui font des essais de terres, d’émaux et de cuissons différentes. A sa mort en 1894, il a achevé la maquette en plâtre grandeur nature de la Porte, mais n’a pu faire aboutir la création de l’ensemble des grès. Ainsi n’existe-t-il en grès qu’à peine un tiers des 600 carreaux de formes irrégulières prévus.
Ce carreau-ci devait recevoir un emplacement tout particulier : seul élément figuratif du revers de la Porte, il aurait regardé le visiteur pénétrant dans l’atelier de Winaretta Singer. Son aspect terrifiant est renforcé par l’émaillage habile, les yeux opaques formant contraste avec l’émail transparent de la face : il est véritablement le Gardien du sanctuaire.

lundi 18 mai 2015

portrait au pastel gras vieux pêcheur


Atelier du mercredi 25 02 2015

Il n'est plus en âge de prendre la mer avec les autres
La pêche qu'il a commencée tout jeune avec son père lui manque
Que de souvenirs de ces jours passés à pêcher.
Par tous les temps ils devaient sortir
C’était sa vie et il ne pouvait pas la concevoir autrement.
Assis sur le rebord d'une barque
Il scrute l'horizon,
Guette le retour du bateau de son fils
Il à pris la relève
La pipe plantée entre ses dents
Il attend de savoir si la pêche sera bonne

peintrefiguratif(Raymonde)


je viens de voir qu'on demande chiffre, ou caractère ou image à cliquer sur mon blog ce que j'ai refusé sur mon administration j'ai envoyé un message pour refuser sans réponse de leur part je me verrais dans l'obligation de choisir un autre fournisseur de blog  

pourriez vous me faire savoir dans votre commentaire si vous avez  ce problème 
merci

lundi 11 mai 2015

Croquis au feutre au musée du louvre

 Lundi 09 Février 2015 des croquis au Musée du louvre
cour Puget en haut des escaliers salle 31


François-Joseph BOSIO
Monaco, 1768 - Paris, 1845

Hyacinthe
Marbre, Salon de 1817
H. : 0,47 m. ; L. : 1,26 m. ; Pr. : 0,43 m.

Hyacinthe, favori d'Apollon, jouant au palet avec le dieu et attendant son tour ; le palet d'Apollon le frappera à mort au grand désespoir de ce dernier.
&&&&&&

François-Joseph BOSIO
Monaco, 1768 - Paris, 1845

La Nymphe Salmacis
1826
Marbre
H. : 0,82 m. ; L. : 0,85 m. ; Pr. : 0,63 m.

Le modèle en plâtre fut présenté aux Salons de 1819 et 1824. "Elle n'avait d'autre plaisir...qu'à consulter dans le cristal de l'onde quels ajustements lui siéraient le mieux" (sujet tiré des Métamorphoses d'Ovide).
 



LEMOYNE SAINT-PAUL, dit Paul LEMOYNE
1783 - 1873

L'Espérance
Marbre exécuté à Rome en 1826, présenté au Salon de 1827
H. : 1,57 m. ; L. : 0,73 m. ; Pr. : 0,43 m.

La représentation de l'Espérance est généralement associée à une ancre marine.



jeudi 7 mai 2015

Photos de la visite au musée de l'Hôtel des invalides à Paris


Suite de la visite au musée de l'Hôtel des Invalides

Nous n’aurons pas le temps de tout visiter et nous irons dans les salles du Département moderne, de Louis XIV à Napoléon III, 1643 – 1870 

http://www.musee-armee.fr/collections/les-espaces-du-musee/departement-moderne-de-louis-xiv-a-napoleon-iii-1643-1870.html

Les collections de ce département représentent un ensemble unique au monde tant par leur diversité que par leur nombre : uniformes de simples soldats ou pièces de luxe, équipements de nombreux régiments français et étrangers, armes, harnachements, ordres et décorations, emblèmes figurines historiques, instruments de musique et petits modèles d'artillerie côtoient les effets personnels de personnages illustres, tels Napoléon Bonaparte et ses maréchaux. Y fait écho un ensemble remarquable de peintures contemporaines des évènements.

On y voit de beaux costumes chamarrés et de très beaux tableaux
Les salles sont sombres et étroites, les vêtements sont enfermés dans des vitrines qui ne permettent pas de prendre des photos correctes même sans flash et pas de recul pour les prendre

Peintrefiguratif(Raymonde)






















 









dimanche 3 mai 2015

Croquis au feutre au musée de l'Hôtel des Invalides



Samedi 07 Février 2015 croquis au feutre au musée de l'Hôtel des Invalides
tombeau de Napoléon au dôme des Invalides
Peu de participants ce jour là, car il fait froid mais avec du soleil
Nous visitons d’abord le musée car nous ne l’avons jamais vu
Cette partie sera repris sur mon prochain article
La cour est intéressante mais trop froid pour s’y installer 

Le musée de l'Armée est né en 1905 de la fusion du musée d'Artillerie et du musée historique de l'Armée. Le musée historique de l'Armée est fondé en 1896 par une société, La Sabretache, dont le président, le peintre Edouard Detaille, souhaitait constituer, à partir de ses propres collections, un musée militaire national sur le modèle des salles rétrospectives de l'Exposition universelle de Paris de 1889.

La cour est intéressante mais trop froid pour s’y installer
La cour d'Honneur de l'hôtel national des Invalides présente une exceptionnelle batterie de 60 canons classiques français en bronze, joyaux des collections d'artillerie du musée de l'Armée, ainsi qu'une dizaine d'obusiers et de mortiers.
Ces pièces retracent 200 ans d'histoire de l'artillerie de terre française selon un parcours qui propose aux visiteurs de découvrir la fabrication des matériels, leur rôle, ainsi que l'épopée des grands artilleurs français.
 
Nous allons voir le tombeau de Napoléon et là à l’abris, nous choisissons chacun un endroit pour commencer nos croquis


http://www.musee-armee.fr/collections/les-espaces-du-musee/dome-des-invalides-tombeau-de-napoleon-ier.html


Cette chapelle royale est construite entre 1677 et 1706. Les décors intérieurs réalisés à cette époque exaltent la gloire de Louis XIV, de la monarchie et de ses armées.
Temple de Mars sous la Révolution, l'église du Dôme devient panthéon militaire sous l'action de Napoléon Bonaparte, avec l'installation du tombeau de Turenne (1800) et d'un monument funéraire de Vauban (1807-1808). En 1800, le Premier Consul ordonne la translation sous le Dôme de la dépouille de Turenne, un des plus célèbres maréchaux de France du Grand siècle, dans un tombeau monumental.
Devenu empereur des Français, il renouvelle le geste le 26 mai 1808, en transférant le cœur de Vauban dans un mausolée érigé vis-à-vis de celui de Turenne. Œuvre de Trepsat, le mausolée initial érigé dans la chapelle Sainte-Thérèse comprend une simple colonne surmontée d'une urne, assise sur une base portant des trophées.
En 1847, dans le cadre de l'aménagement par l'architecte Visconti dans la crypte destinée à recevoir le tombeau de Napoléon, ce monument est remplacé par un sarcophage de marbre noir réalisé par le sculpteur Antoine Etex. Vauban est représenté à demi-couché. Il tient un compas et médite sur ses écrits. Il est encadré par les figures de la Science, voilée et de la Guerre, casquée. Le sarcophage est surmonté d'un obélisque encadré de drapeaux et d'étendards. Une inscription et un bas-relief sur le socle rappellent le projet de dîme royal de Vauban et valorisent la dimension politique et réformatrice de l'œuvre de Vauban.
A ce jour, le Dôme accueille, autour du tombeau de Napoléon Ier, les sépultures de son fils, l'Aiglon, le Roi de Rome, de ses frères Joseph et Jérôme Bonaparte, des généraux Bertrand et Duroc, mais aussi celle des deux maréchaux illustres de la première moitié du XXe siècle, Foch et Lyautey.
Le tombeau, façonné dans des blocs de quartzite rouge, placé sur un socle de granit vert des Vosges, est cerné d'une couronne de lauriers et d'inscriptions rappelant les grandes victoires de l'Empire. Entourant le Tombeau, douze " Victoires " sculptées par Pradier, symbolisent les campagnes militaires de Napoléon.
 
Au bout de 1h30 on arrête, car le froid se fait ressentir.
Le café des invalides tout à coté, nous permet de nous réchauffer avec un thé et une pâtisserie

Peintrefiguratif(Raymonde)